Les vaccins: piqûres nécessaires

Aller en bas

Les vaccins: piqûres nécessaires Empty Les vaccins: piqûres nécessaires

Message par isanie le Jeu 12 Oct 2006 - 10:45

Voici un article que j'ai trouvé... pour votre information...

Les vaccins : piqûres nécessaires
Propos du Dr Yves Brousseau

«L'immunisation par la vaccination est un moyen
exceptionnel de prévenir les maladies infectieuses,
surtout pour les enfants », affirme le Dr Yves Brousseau,
pédiatre au Centre de réadaptation Marie-Enfant de
l'Hôpital Sainte-Justine. «Depuis le milieu du XXe siècle,
continue le Dr Brousseau, on note une diminution nette des infections autrefois terribles pour les enfants. »



Qu'est-ce qu'un vaccin ?
Un vaccin est préparé avec le virus ou la bactérie atténué, ou «mort», qui est à l'origine de la maladie que l'on cherche à prévenir. Certains vaccins sont administrés à l'aide d'aiguilles ou par injections. Ils peuvent aussi prendre la forme de gouttes à avaler. Une fois le vaccin inoculé dans le corps, ce dernier réagit comme s'il était Malade et produit des anticorps. Ce sont ces anticorps qui nous protègent en cas d'exposition à la maladie.

Pourquoi la vaccination est-elle si importante?
L'immunisation est extrêmement importante dans la lutte visant à contenir et à éliminer les maladies transmissibles. La vaccination est le meilleur moyen de protéger votre enfant contre bien des maladies graves. De fait, elle ne protège pas seulement votre enfant, mais aussi l'ensemble de la population en empêchant les maladies de se propager d'une personne à l'autre.

Les bienfaits des vaccins
La vaccination est un moyen extraordinaire de prémunir les enfants contre les infections graves et parfois mortelles. «Depuis dix ans, remarque le Dr Brousseau, je n'ai pas revu de cas de rougeole dans ma pratique alors qu'avant, j'en voyais régulièrement.» Il ajoute : «La variole est pratiquement éradiquée aujourd'hui. Sans compter qu'ici, on ne voit plus de poliomyélite, de diphtérie, de tétanos ou d'oreillons. »
«Un autre gros avantage est de pouvoir prévenir la rubéole.» En effet, le vaccin contre cette maladie a presque éliminé les cas de syndromes de rubéole congénitale (malformations multiples, retard mental, microcéphalie). La méningite (à Haemo-philus influenzae de type B) aurait diminué d'au moins 90 % grâce à la vaccination. Le Dr Brousseau ajoute : «Depuis quelques années, nous prévenons aussi l'hépatite B et les infections graves à pneumocoques, une bactérie virulente devenue résistante à la pénicilline et à d'autres antibiotiques.»

Le vaccin contre la varicelle
Ce vaccin a été ajouté au programme de vaccination québécois dernièrement. «L'avantage de ce vaccin, explique le Dr Brousseau, est de prévenir la varicelle qui peut parfois être très sévère. Il peut aussi aider à prévenir les infections à streptocoque A qui se branchent sur les lésions de la varicelle. Il protège également les enfants immunodéficients chez qui la varicelle peut être très sévère. »

Mon enfant devrait-il recevoir d'autres vaccins ?
En plus des vaccins qui font partie du programme québécois de vaccination, il existe des vaccins ponc¬tuels que l'on donne aux enfants «à risque», comme celui de l'influenza et de l'hépatite A. « On conseille de donner le vaccin contre l'influenza aux enfants qui ont des maladies chroniques ou qui sont dans des milieux dits "à risque", comme la garderie», dit le Dr Brousseau. Pensez aussi à parler avec votre médecin des vaccins qui peuvent protéger votre enfant en voyage.

Des parents réticents à la vaccination
« Les vaccins sont très sûrs, affirme le Dr Brousseau. Rares sont les raisons de ne pas vacciner. Lorsque des parents sont opposés à la vaccination et disent que leur enfant ne fait pas d'infection, je me fâche toujours un peu. C'est justement parce que la majorité des autres enfants sont vaccinés que leur enfant (tout comme le reste de la population) est protégé. Je suis un inconditionnel de la vaccination. »

II existera toujours des effets secondaires aux vaccins, surtout allergiques, mais leur fréquence est tellement minime que cela ne peut justifier un empêchement à la vaccination générale des enfants. Même si des améliorations peuvent sans cesse être apportées pour rendre les vaccins encore plus sécuritaires, ils demeurent une médecine préventive exceptionnelle.

Le point sur le vaccin rougeole-rubéole-oreillons (RRO)
Dernièrement, on a beaucoup parlé du vaccin RRO (rougeole, rubéole, oreillons) en disant que la fraction "rougeole" de ce dernier serait une cause de l'autisme. Soyez sans craintes : c'est faux», nous assure le Dr Brousseau. Une étude s sérieuse, menée par des chercheurs de l'université McGill et publiée cet été dans la revue Pediatrics, contredit cette hypothèse. Les résultats confirment qu'il n'y a aucun lien entre la vaccination RRO et l'autisme. Il n'y a donc aucune crainte à avoir.»
isanie
isanie
Douce brise privilégiée
Douce brise privilégiée

Féminin
Nombre de messages : 6626
Age : 44
Localisation : Rive-sud de Montréal
État civil : mariée
Date d'inscription : 13/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum